Peut-on faire du e-liquide DIY pour le revendre ?

Vous vous demandez s’il est possible que vous vendiez des e-liquides faits maisons ? Oui, cela est bien possible si le liquide électronique ne contient pas de nicotine. De même, ce produit doit respecter quelques règlements particuliers. Découvrez dans ce guide comment vendre du e-liquide DIY et dans quelles conditions.

Vente de liquide électronique DIY : tout est une question de dosage selon la loi

Un certain nombre de critères indispensables sont à respecter quant à la vente des liquides électroniques. La législation en vigueur ne laisse aucune ambiguïté quant à la possibilité de vendre des liquides électroniques faits à partir des recettes DIY. La vente des liquides et préparations nicotinées fait l’objet d’une autorisation de mise sur le marché. Cela est possible selon un cadre d’application de la TPD dans les pays européens. Autrement dit, à moins d’être un professionnel et d’avoir fait subir ce parcours à son liquide, ce qui est contraignant et onéreux, il est formellement interdit de vendre un liquide contenant de la nicotine.

Cependant, en ce qui concerne les liquides électroniques DIY exempts de nicotines, la revente est autorisée sous certaines conditions définies par l’article L121-1 du code du commerce. Selon cette loi, une telle vente est possible lorsqu’elle est faite de manière sporadique, et ce, sans intention initiale. C’est-à-dire que vous pouvez vendre du e-liquide DIY à une connaissance de temps en temps. En revanche, dans les cas suivants, vous êtes considéré comme un commerçant à part entière :

  • Vous faites de la vente de liquide électronique une activité régulière ;
  • Vous avez acquis des ingrédients et du matériel pour la préparation d’e-liquides destinés à la revente ;
  • Vous utilisez des moyens de promotion et de distribution professionnels afin de revendre vos liquides électroniques DIY.

Dans l’une ou l’autre de ces conditions, vous devez faire une déclaration officielle et remplir les conditions prévues par les règles en vigueur.

La vente d’e-liquide DIY : quelques règles à suivre

La vente d’e-liquide DIY est souvent soumise à quelques règles spécifiques.

Les règles sur la composition du e-liquide

Les e-liquides ne doivent pas contenir d’additifs créant une impression que le produit peut être bénéfique pour la santé. De même, les additifs associés à l’énergie ou à la vitalité et ceux donnant des propriétés colorantes à la vapeur sont aussi proscrits. Il en est de même pour les additifs qui facilitent l’inhalation ou l’absorption de la nicotine. Enfin, la loi précise que les produits ayant des propriétés cancérogènes, mutagènes ou toxiques à la reproduction humaine sont interdits dans la fabrication d’e-liquides DIY.

La réglementation sur les flacons contenant l’e-liquide DIY

La loi est claire, les flacons d’e-liquide DIY ne doivent pas aller au-delà de 10 ml de contenance. Elle impose par ailleurs aux fabricants de doter les flacons d’e-liquide d’une sécurité enfant pour que l’ouverture ne soit pas faite par de petites mains. Par ailleurs, les flacons de liquide électronique DIY doivent aussi comporter un triangle.

La vente est interdite aux mineurs

Tous les produits de vapotage sont soumis à la même interdiction de vente aux mineurs. Un mineur ne peut donc pas se rendre dans une boutique pour acheter une cigarette électronique, un e-liquide avec ou sans nicotine, une résistance, etc. C’est pourquoi, les vendeurs d’e-liquide DIY doivent nécessairement réclamer une pièce d’identité valable en cas de doute sur l’âge de l’acheteur. Pour finir, un sigle DANGER doit aussi figurer sur le flacon ou sur leur étiquette.

L’e-liquide DIY : des normes facultatives

Deux normes existent actuellement en France afin de rassurer les clients utilisateurs d’e-liquides sur la qualité de ce qu’ils vapotent. Le recours à cette certification, bien que cela reste optionnel, est indispensable pour rassurer les clients.

La norme ISO8317 est la première. Elle s’applique sur les flacons d’e-liquide et demande aux fabricants de doter les contenants d’e-liquide DIY d’un bouchon à pousser et tourner simultanément pour l’ouverture. Cette ouverture constitue le gage de la sécurité enfant obligatoire selon la directive européenne.

La deuxième norme porte le nom d’ISO9001 et concerne le processus de fabrication des e-liquides. Plusieurs critères concernant la production de l’e-liquide, les ressources humaines, la préservation de l’environnement entre autres permettent d’obtenir cette certification.

Parmi ces deux normes, seule la première a un caractère obligatoire, étant donné qu’elle concerne la sécurité des enfants.

Comment fait-on un e-liquide DIY ?

  1. Préparez vos ingrédients : Propylène glycol (PG), glycérine végétale (VG), nicotine liquide (facultatif), arômes.
  2. Mélangez les ingrédients : Suivez un ratio PG/VG selon vos préférences. Ajoutez la nicotine et les arômes selon les dosages recommandés.
  3. Agitez et laissez reposer : Secouez le mélange et laissez-le reposer pendant quelques jours à une semaine pour que les saveurs se mélangent.
  4. Testez et ajustez : Testez le liquide et ajustez les proportions si nécessaire pour obtenir le goût désiré.
  5. Stockez et utilisez : Conservez votre e-liquide dans un endroit frais et sombre, prêt à être utilisé dans votre cigarette électronique.

Que retenir en général ?

Les règles sont claires, vous ne pouvez pas fabriquer un liquide dans le but de le vendre, si vous n’êtes pas déclaré. Cependant, vous avez la possibilité de vendre occasionnellement des liquides électroniques non nicotinés. Aussi, la vente de tout liquide électronique prénicotiné est interdite. Pour finir, vous devez respecter certaines normes, dont l’interdiction de vente d’un quelconque liquide électronique aux mineurs.

Write a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *